" />
Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Ciné Laudon. Actualités du Cinéma de St Jorioz Haute Savoie. Art & Essai. Buzz.

Merci à Bernard Favre pour son film "Cette lumière n'est pas celle du soleil", produit par la Cinémathèque des Pays de Savoie et qui nous a permis de partager les témoignages et la mémoire des résistants de la Savoie pendant la seconde guerre mondiale.

8 Mai 2015 , Rédigé par Maryse Christine Stéphane Publié dans #Animation

En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant

Mandela

Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon
Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon

Bernard Favre nous présente son film. Il répond aux questions du public du CinéLaudon

Cette lumière n'est pas celle du soleil
Cette lumière n'est pas celle du soleil

Sortie le 19 mars 2015

Un long métrage de Bernard Favre, produit par la Cinémathèque des Pays de Savoie et de l'Ain, 2015, avec le soutien de la Région et la DRAC Rhône-Alpes, et de l'Assemblée des Pays de Savoie.

Aux heures les plus sombres de notre histoire, alors que les ténèbres de la barbarie nazie semblent recouvrir inexorablement la France, des hommes et des femmes, un à un se lèvent, brandissant le flambeau de la liberté. Gueux minoritaires, avant-garde d’une population souvent résignée ou terrifiée, ils sont l’honneur d’un peuple dont ils sont le phare. Ils sont cette lumière qui brille dans la nuit, annonciatrice des lueurs de l’aube. Écoutons-les.
22 septembre 1944. 6 miliciens sont condamnés à mort par une cour martiale et fusillés le jour même. Les avis sont contradictoires. La population réclame le châtiment. Des Résistants se refusent à cette extrémité. Pendant les 4 ans écoulés, ils ont découverts la faim, la peur, la fraternité, parfois le désespoir, le meurtre. Et la mort.
70 ans après qu’en disent-ils ? Comment parlent-ils de ce qu’ils ont enduré ? Au seuil de leur mort, leur langue se délie. Ce qui a été si dur à dire pendant tout ce temps, aujourd’hui ils acceptent de le confier. Pas de risque de mettre une relation affective en danger. Alors, ils ont parlé. Chez eux. Devant un buffet de cuisine ou de salon qui en dit beaucoup sur ce qu’ils sont devenus.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article